Ta dose d'anecdotes sur l'histoire du football !
Ta dose d'anecdotes sur l'histoire du football !

La Coupe de France 1992 n’a pas de vainqueur

RSSApple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyDeezerYouTube

C’est la compétition nationale la plus prestigieuse de l’Hexagone. La Coupe de France est née en 1918, à la fin de la Première Guerre mondiale. Et elle est toujours allée à son terme même entre 1939 et 1945. Toujours sauf une année : 1992.

Lors de cette 75e édition, les 20 clubs de première division font leur entrée en lice lors des 32e de finale. Presque pas de surprise, la logique est respectée pour le dernier carré.

La catastrophe de Furiani lors de la demi-finale Bastia-Marseilleava,

La première demi-finale oppose Cannes à Monaco le mercredi 28 avril 1992. Les deux équipes de l’élite font match nul (0-0) et doivent se départager aux tirs au but. À ce petit jeu, ce sont les Monégasques entraînés par Arsène Wenger qui l’emportent et décrochent leur place en finale.

Quelques jours plus tard, Marseille se déplace à Bastia pour l’autre demi-finale le mardi 5 mai 1992. Date tragique dans l’histoire du football. Quelques minutes avant le début de la rencontre, ine tribune du stade s’effondre faisant 18 morts et plus de 2.300 blessés. C’est la catastrophe de Furiani.

Finale annulée, Monaco qualifié pour la Coupe des coupes

Le match est annulé et ne se jouera jamais. La finale prévue au Parc des Princes n’a donc pas lieu.

Pour la première fois de l’histoire de la Coupe de France, la Fédération Française de Football (FFF) décide de ne pas attribuer de vainqueur à la compétition et le trophée n’est pas décerné. 

Cependant, la FFF inscrit Monaco – vainqueur de l’autre demi-finale – comme représentant français à la Coupe des coupes pour la saison suivante (1992-1993).

Des années plus tard, en 2021, une loi est votée pour ne plus jouer de match en France le 5 mai, en mémoire de ce drame.

RSSApple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyDeezerYouTube

Ta dose d’anecdotes sur l’histoire du football ! Histoires insolites souvent drôles, parfois tristes, mais toujours véridiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.